DEUX DOCUMENTS INTERESSANTS

Je vous rappelle qu’il suffit de cliquer une première fois sur une image et qu’ensuite vous pouvez l’agrandir encore deux fois par d’autres clics.

Le premier document est une carte téléphonique japonaise, tout au moins c’est ce que j’imagine car je ne sais pas lire les idéogrammes. Elle pourrait être Chinoise. Je n’ai pas la moindre idée de la manière dont elle a pu atterrir dans ma collection. Je trouve très beau cet envol de papillons. Quant aux trois oiseaux produits je me demande ce que cela peut bien être. Ils sont trop gros pour être des colombes et ressemblent peu à des pigeons… Au temps de ma jeunesse un maître du Kendo japonais m’avait enseigné, non sans difficultés certaines, comment rédiger mon prénom et mon nom dans sa langue. J’en étais resté là.

Le deuxième document est un tirage albuminé d’un individu que je ne connais pas (pour l’instant). Ce tirage fut effectué à partir d’une plaque au collodion humide. Devinez par qui? Par un des employés de Disdéri bien évidemment. Sinon je ne vois pas pour quelle raison je me serais intéressé à ce portrait. Au dos je lis:

DISDERI

Photographe de S.M. L’ EMPEREUR

8, Boulevart des Italiens

PARIS

Et tous les magiciens devraient savoir que le Théâtre de Jean Eugène ROBERT-HOUDIN fut un temps au rez-de-chaussée de cet immeuble.

Voyez à ce propos sur ce site l »article que j’ai déjà consacré aux photographes installés sur ce boulevard.

Post Scriptum: Oh! Oh! Après quelques recherches je crois pouvoir affirmer que c’est un portrait d’ Emile de Girardin. Dans ce cas ce fut certainement Disdéri lui-même qui lui « tira le portrait » et non un de ses nombreux assistants, car de Girardin était un auteur connu.

Images Collection familiale Dany Trick

Publié dans Blog, Collection, Uncategorized | Laisser un commentaire

Ernest MOINGEON, INAUDI et Johnny ROBYAR

M. Moingeon était le créateur d’une méthode très pratique d’extraction de racines carrées de grands nombres sans qu’il eût besoin d’avoir recours à la table de logarithmes. Il fut vraiment dommage que je ne connusse pas cet opuscule lorsque j’effectuais des études scientifiques. J’aurais sans aucun doute pu bluffer même mon professeur de mathématiques et surtout mes camarades qui avaient choisi l’option Mathématiques Elémentaires, « Maths Elem », comme l’on disait à l’époque. Je passais pour « un littéraire ». En fait cet ouvrage de 40pp est intéressant à triple titre: tout d’abord pour son contenu bien évidemment mais également pour sa dédicace et également pour la note manuscrite de ROBERTSON sous sa photographie, note à son ami Johnny ROBYAR, un magicien très connu à Lorient et dans le Morbihan. Ce denier travaillait dans une troupe familiale et s’intéressait également beaucoup aux arts du cirque. Robertson est également l’auteur de la préface de cet ouvrage et il confirme là que Lorient était bien sa ville natale. Aujourd’hui il est impossible de vérifier ce fait puisque tous les registres d’ Etat Civil furent détruits au cours des terribles bombardements que cette ville subit au cours du funeste conflit mondial.

Ma reliure est modeste, demi reliure de basane avec cependant trois fleurons et des filets de contre-nerfs.

Images: Copyright Collection Dany Trick. Un simple clic sur l’une d’entre elles et ensuite par d’autres clics vous les agrandissez à votre guise.

Publié dans Blog, Collection, Uncategorized | Laisser un commentaire

MAURICE SARDINA

Possédant quelques ouvrages originaux de Maurice Sardina je souhaiterais vous en parler un peu plus longuement. De plus je viens de découvrir dans un dossier une photo originale en noir et blanc de sa bibliothèque; je crois que cette photo n’a jamais paru nulle part. De plus vous y découvrirez sur des rayonnages quelques appareils et accessoires anciens. Cette photo, prise dans sa demeure de La Varenne,  si j’en crois la note manuscrite au verso, date de 1963.

Bibliothèque de Maurice Sardina dans sa demeure à La Varenne en 1963. Photo Copyright Dany Trick.

Il y a quelques années j’avais acquis, provenant de la bibliothèque du grand bibliophile Marcel Laureau connu sous le pseudonyme d’ Erix, quelques pièces étonnantes. Laureau les avait fait, à son habitude, revêtir de superbes reliures de cuir ou d’emboîtages portant ses ex-libris ou ses fers dorés.

Voici, pour commencer, les épreuves d’un livre important dans notre bibliographie magique française: « La Magie du Sorcier« . Les épreuves sont le premier tirage que l’imprimeur réalise et qu’il fait parvenir à l’auteur pour qu’il puisse y apporter les corrections et les ajouts que ce dernier juge nécessaires.

Vous y remarquerez un des ex-libris les moins connus de Laureau, signé par l’artiste Csaky et tiré à 300 exemplaires.

Ci-dessus et ci-dessous, dans un autre très bel emboîtage, les épreuves d’un autre livre important « REZVANI MAGIE« .

Sardina fut aussi le traducteur de livres parus en langue anglaise avec notamment celui-ci, édité chez Payot, où il a connu quelques rééditions:

Je possède également un autre ouvrage très important de Sardina, en édition originale: « Les Erreurs de Harry Houdini » et sa version anglaise sous le titre de « Where Houdini was wrong« . Après une étude sérieuse et approfondie de « The Unmasking of Robert Houdin« , il reprend et corrige les attaques en règle que Houdini  avait menées contre le rénovateur de la magie blanche sous le Second Empire. Je fis l’acquisition de ce livre lorsque M. Magnier, un éminent magicien amateur breton, mit sa bibliothèque en vente. Ce dernier suivit ses études d’architecte à l’ Ecole Supérieure des Arts et Métiers dans le Quartier Latin à Paris et cet établissement était très proche de la rue des Carmes et du célèbre magasin de magie Mayette. Mon exemplaire porte le N°47. Je ne lui ferai qu »un seul reproche : tout au fil du livre le a de cela porte à chaque fois un accent grave, sauf à la cinquième ligne de la page 70 où le mot est écrit correctement. Toutefois je l’ai revêtu d’une modeste demi-reliure à coins de chagrin grenat. En plus de la remarquable préface de Maître Maurice Garçon on y découvre également un arbre généalogique de Jean Eugène Robert-Houdin.

Né en 1891 et décédé en 1967, Sardina fut également l’éditeur du « Journal de la Prestidigitation » pendant de nombreuses années.

Images: Copyright Collection familiale Dany Trick. Un simple clic sur l’une d’entre elles et ensuite par d’autres clics vous pouvez les agrandir à votre gré.

Publié dans Blog, Collection, Uncategorized | Laisser un commentaire

STANTON CARLISLE

OYEZ! OYEZ!… Have desperately been looking for the special issue of Peter Warlock’s PENTAGRAM dedicated to Stanton Carlisle.

Make offers to:

danielcudennec594@gmail.com

Would like to thank M. Pierre Taillefer for the information he sent and the scans received. But nowadays my memory does not serve me as well as it used to do. Of course I had the issue of the New Pentagram dedicated entirely to Mr Stanton Carlisle and it was  even autographed by Peter Warlock to me  and beautifully bound in black buckram by The Supreme Magic C°.  Am glad to have discovered a few more very interesting things in this Vol. 17, some about ex-libris magicis, magical bookplates, for example.

Speaking of Edwin reminds me of something very peculiar. Once I was staying at the Widgery during one of my school vacations. We used to watch television quite late in the evening and to discuss about the Magic World. He told me that becoming very rich and building a real fortune was not difficullt at all. Edwin était milliardaire. Just have a few good ideas and work hard, up to ten hours a day. Then the problems start afterwards. You will have to fight hard to keep your money because there will be plenty of people around you, trying to steal some of it.

Write to: ( Snail-mail with plenty of beautiful stamps, please!)

Daniel Cudennec
225, Bellantec, Stank ar Vel d’ an Traon
29300 MELLAC BZH FRANCE

Publié dans Blog, Uncategorized | Laisser un commentaire

ENCORE DES CARTES… POSTALES CETTE FOIS.

Voici quatre cartes postales retrouvées par pur hasard dans une chemise.

Je trouve, bien que je n’aie jamais vu cette émission, cette carte postale d’un assez mauvais goût. Il y a au verso un copyright StudioCanalvideo datant de 2005. Il est bien regrettable que la France ait découvert David Copperfield trop tardivement parce que j’imagine  que les chaînes françaises ne pouvaient, faute de moyens financiers suffisants, acheter ses « Specials ». J’ai toujours eu une grande admiration pour cet extraordinaire magicien dès que je le découvris à la télévision anglaise. Nous n’avons jamais eu de star lui arrivant à la cheville.

Celle du dessus est une YVON KERVINIO. Elle date de 1993, au Festival International du Cirque de Massy. C’est une des grandes illusions les plus impressionnante qu’il m’ait été donné de voir. C’était en 1976 à Vienne, Autriche, au Congrès International de la Fédération Internationale des Sociétés Magiques (F.I.S.M.) , j’avais eu l’occasion d’applaudir  HANS MORETTI, de son vrai nom Johannes « Hans » Cewe, présentant quelque chose de semblable. Il obtint le 1er prix mondial avec sa partenaire et épouse Helga pour son carton- cabine aux sabres. Ils avaient également eu une idée géniale en associant une suspension avec le fameux papier journal que l’on roule serré et qu’ensuite l’on découpe d’une manière spéciale pour obtenir un « palmier sur la pointe duquel Moretti faisait léviter son épouse.

Carte de gauche: Remarquable exposition qui se tint au Musée d’ Orsay du 19 septembre 1995 au 7 janvier 1996. Je possède également la belle affiche qui nous montre aussi ces remarquables singes anthropomorphes.

Quant à celle de droite, c’est dans ce film, comédie musicale, réalisé en 1939  par Victor Fleming  que Judy Garland sera immortalisée. Le monde entier se mit à chanter « Over the Rainbow ».

Je souhaiterais obtenir votre aide en ce qui concerne la photo de presse suivante. Le téléfilm « Vous êtes avec moi Victoria », qui se tournait en novembre 1985 et dans lequel apparemment Jean-Pierre Cassel interprétait le rôle d’un mentaliste, en compagnie de Ludmilla Michael, n’aurait pas laissé beaucoup de traces dans l’histoire de notre art. Quelqu’un, quelque part, en sait certainement beaucoup plus.

O’Shan, le célèbre mentaliste, me rappelait l’autre jour au téléphone que cette formule était la phrase fétiche de Myr, l’autre mentaliste du célèbre duo Myr et Myroska. « Vous êtes avec moi, Myroska? »

Images Collection familiale Dany Trick. Un clic et vous les agrandissez ensuite à votre guise.

Publié dans Blog, Cartes postales, Collection, Uncategorized | 7 commentaires

AH! AH! AH! DES TOURS DE CARTES…

Il y a plus de soixante-deux années j’étais interne ou pensionnaire comme l’on disait à l’époque et je vous assure que la vie dans ces établissements scolaires n’était pas toujours amusante. Heureusement que nous avions LA LECTURE, une fois nos leçons apprises et nos exercices rédigés. Notre instituteur recevait le magazine « Francs Jeux » qui était à l’ Ecole de la République ce qu’était,  j’imagine,  « Fripounet »  à l’ Ecole catholique. J’y avais découvert avec ravissement  quelques tours de cartes simples et surtout on y mentionnait un jeu de « cartes biseautées ». Je n’ eux pas la présence d’esprit de consulter mon petit Larousse illustré, qui ne me quittait jamais depuis que j’avais quitté mon bourg natal, pour y chercher le sens du mot biseauté. L’auteur de l’article assurait qu’avec ce jeu l’on pouvait créer des miracles. Jeu biseauté, jeu biseauté, l’expression me faisait désormais fantasmer. Je n’eus de cesse jusqu’à ce que je pusse me procurer un tel jeu. Et où fallait-il s’adresser? Ce n’était pas mon maigre pécule mensuel de 20 centimes de francs qui allait m’autoriser cet achat; il faudrait de plus me priver de la séance de cinéma mensuelle.

Je ne cessais de « casser les pieds », selon sa propre expression, à ma pauvre mère pour qu’elle me trouve un jeu de cartes biseautées. Mais où s’adresser? A Scaër en ces temps-là on ne trouvait chez le buraliste que des jeux de cartes ordinaires. Le petit catalogue des Ets Figuéréda de Toulon, fournisseur de farces et attrapes mais aussi de matériel de prestidigitation, circulait entre quelques privilégiés  qui se gardaient bien de le tenir secret. L’un de ceux-ci accepta,  non sans doute sans avoir reçu la promesse de quelque dessous de table ou d’aide pour sa composition française,  de me commander l’objet de toutes mes convoitises. Je fus privé de quelques soirées au Celtic cinéma.

Figurez-vous que je viens de retrouver au fond d’un tiroir un de ces jeux biseautés et c’est ainsi que ces souvenirs d’enfance me remontent à la mémoire. Je ne puis résister au plaisir de les partager.

J’ai également retrouvé, au même endroit, tous ces « tours de petits paquets », comme on les appelait dans les années soixante-dix quand ce genre revint à la mode. Mais ceux-ci sont bien plus anciens, bien que je ne puisse les dater exactement.

Les mêmes mais vus des versos, avec les explications que vous attendiez j’imagine avec impatience.

Faces et dos de deux autres.

Voici maintenant, retrouvées dans le même tiroir, quelques cartes devenues, j’imagine, objets de collection.

Tarots et faces. J’aurai bientôt l’occasion de vous entretenir plus longuement de PIERNAY.

Il me semble que ce congrès magique de Paris en 1947 a eu une grande importance. Ce devait être le premier après le conflit mondial et allait donner suite à ce que nous appelons de nos jours le congrès de la F.I.S.M. (Fédération Internationale des Sociétés Magiques).

Quant à cette dernière carte je sais qu’elle m’avait demandé un certain travail. Deux cartes sont collées entre elles. Il m’avait fallu sacrifier, à mon grand désespoir, une dame dans un autre jeu. Une punaise, fixée à la tête découpée de la dame et  dont la pointe sort au dos et coulisse dans une fente, permet de faire en quelque sorte coulisser la tête de la dame qui apparaît au sommet. Ce n’est pas le plus drôle: je n’ai absolument plus la moindre idée de l’usage que j’en faisais.

Aujourd’hui la cartomagie a pris un tel développement aux Etats Unis et dans quelques pays européens  que ces tours sont devenus complètement obsolètes. Mais il n’y a pas de mauvais tours, il n’y a que de mauvais magiciens, dit-on.

Images : Collection Dany Trick. Un clic sur l’une d’elles et vous pouvez ensuite l’agrandir à votre guise.

 

 

Publié dans Blog, Collection, Uncategorized | Un commentaire

BOBBY BERNARD

Saviez-vous que mon vieil ami Bobby Bernard qui nous a quittés il y a peu de temps parlait parfaitement la langue française? Lorsque je le rencontrais au Magic Circle où il tenait toujours salon entouré de jeunes magiciens avides de savoir, il me demandait toujours: « Alors, Dany, m’as-tu cette fois apporté un camembert bien fait? J’adore! ».

Je pense que la plupart d’entre vous ignorent que son véritable nom était BERNARD SAMUEL LERNER et qu’il était le cousin d’ ALAN JAY LERNER, le plus que célèbre  parolier et auteur du livret de MY FAIR LADY, la comédie musicale adaptée de l’ œuvre de Bernard Shaw. Cette comédie, pour l’époque, avait battu tous les records de longévité en scène à Broadway, puisqu’elle fut jouée 2717 fois à partir de son immense succès immédiat en 1956 et ce jusqu’en 1962. C’était Julie Andrews et Rex Harrison qui y  tenaient les rôles principaux. Julie Andrews avait débuté sa carrière à la radio à l’âge de quatorze ans dans la fameuse émission du ventriloque  PETER BROUGH intitulée EDUCATING ARCHIE.

Bobby naquit en 1931 mais ce n’est qu’en 1946 qu’il adopta le nom de scène de Bobby Bernard. Au cours de l’année 1948 il présenta un numéro de mentalisme sous le pseudonyme de Bernard VINCENT.

Acteur de théâtre et de cinéma il enseigna également la magie, principalement le close-up, domaine où il fut un pionnier. Il était très connu pour sa présentation d’un spectacle de magie en costume d’époque, jouant à la perfection le rôle d’ Isaac Fawkes, magicien connu pour avoir présenté son spectacle dans les foires et en particulier à la célèbre Foire de la Saint Barthélémy à Londres.

Je possède deux exemplaire de son « Bernard’s Lesson in Dice Stacking », écrit par Lewis Ganson et publié par Edwin Hooper à la Supreme Magic C°. C’était l’un des meilleurs spécialistes de l’empilage de dés à jouer. Il me confia que le meilleur cornet à dés qu’il eût jamais trouvé était un vieux modèle en cuir qu’il avait acheté à Paris.

J’ai également sur mes rayonnages un exemplaire dédicacé de « The Coin and Card Magic of Bobby Bernard », livre de 123 pp , publié par Magico Magazine à New York en 1982  et écrit par Val Andrews.

M. Bernard eut l’occasion de jouer dans un opéra intitulé « El Re in Ascolto » à Covent Garden en 1989. Il y présenta le célèbre tour de la femme sciée!

Ci-dessous, un portrait- charge que je peignis à l’aquarelle, traitée à ma façon, un peu à la manière de la gouache, de M. Bernard, quand j’aurai réussi à remettre la main dessus!

En attendant voici deux photos de Bobby qui sont également dans ma collection.

 

 

Je tiens à remercier mon ami John Fisher pour les renseignements qu’ils m’a apportés concernant Bobby Bernard.

Texte copyright Dany Trick. Un clic sur l’image et ensuite un autre clic et vous pouvez l’agrandir à votre guise.

Publié dans Blog, Collection, Uncategorized | Un commentaire

EX-LIBRIS. BOOKPLATES

Je viens de commencer à collectionner des ex-libris de magiciens. They call them bookplates in English.

Tous les renseignements dans ce domaine seront les bienvenus, les références d’articles parus dans les magazines de magie à ce sujet par exemple. Je possède déjà l’article de M. Eddie Dawes paru dans une des publications de chez Supreme et je sais qu’un article très documenté parut autrefois dans le Sphinx.

Suis prêt à acquérir des ex-libris originaux ou même des copies, comme je sais de source sûre que des copies ont été mises en vente sur la toile.

Tous renseignements sur les graveurs d’ex-libris pour magiciens ou sur les artistes qui auraient dessiné le thème seront également acceptés avec bienveillance.

 

All and every bit of information about magians’ bookplates will be received with gratitude. Am ready to buy original ones to add to my modest collection. Will be glad to get any information about articles treating of magicians’ bookplates that appeared in magic magazines in any language, german, english, spanish, portuguese, etc.

C’est mon nouvel ex-libris, gravé sur cuivre « en manière noire ». Avant tout travail de gravure sur la plaque de cuivre Gilbert Normand doit passer environ quinze heures à « planer » cette plaque; il effectue ensuite un travail au burin autour des lettres et de la fleur de pissenlit. Pourquoi cette fleur? Parce que, »comme Larousse »,  je sème généreusement mes idées à tout vent.

Une fois la plaque gravée il faut imprimer l’ex-libris. Il est tiré sur une presse typographique et Gilbert ne peut imprimer que deux exemplaires par jour. Pour quelle raison un si petit nombre? Parce qu’autant de couleurs, autant de passages sous la presse. et qu’il faut évidemment laisser sécher entre les passages.

This bookplate has been printed on beautiful traditional handmade paper. There were only 50 original numbered copies, all signed by the engraver.

Un clic sur l’image et ensuite vous pouvez à nouveau l’agrandir à votre guise.

danielcudennec594@gmail.com

Publié dans Blog, Collection, Uncategorized | Laisser un commentaire

ZATANNA

Si vous la découvrez ici n’oubliez pas de mentionner que c’est sur le site de Dany Trick que vous l’avez trouvée.

C’est au cours d’un séjour à Malte, il y a déjà quelques années, mon Dieu comme le temps passe vite, où nous avions superbement été accueillis par Marianne et Vani Pulé, avec même une superbe réception mémorable à l’hôtel Hilton, que par un pur hasard j’avais, au fond d’une ruelle en cul-de-sac, à La Valette, découvert un magasin qui vendait des mangas. Ce n’est pas le genre de littérature que j’apprécie habituellement. J’y entrais et dénichais deux figurines de magicienne que je m’empressais d’acquérir. Je n’en connaissais pas la provenance et elles m’intriguaient. Je n’étais pas le seul dans ce cas puisque tous nos visiteurs le sont également lorsqu’ils séjournent à Mellac;  jusqu’à mon vieil ami François Puyplat, professeur honoraire d’histoire de la photo aux Arts Décoratifs à Paris, qui me demanda l’autorisation, le petit coquin, de les photographier sous tous les angles. Bref elles sont là, sur une étagère, dans l’une des bibliothèques du salon.

Vous savez que l’on trouve tout sur la toile. Je recherche des mangas à thème de magie et  voici que je tombe sur une série complète d’un magazine intitulé Zatanna. C’est elle que je recherche depuis des années. Il y a un lien vers un site japonais qui commercialise des figurines la représentant. Si je compare l’une de celles qui me plaît à l’une de celles que je possède, elle a vieilli, je n’ose dire qu’elle a pris de la bouteille. Sa chevelure est d’un noir de jais alors que ma première a de superbes cheveux bleus. Ce qui était tout indiqué pour une remueuse de baguette magique.

Commande passée, une troisième Zatanna a pris quatre semaines pour arriver du Japon et trône désormais près des deux autres.

Elle n’est pas belle, Zatanna? Pas étonnant que le lapin blanc sortant du chapeau ne se pâme d’admiration!

Je vous disais ci-dessus que la belle Zatanna était l’héroïne de bandes dessinées sur papier glacé, alors voici un court extrait de l’une d’ entre elles; est-ce que je ne vous gâte pas?

A ce stade ce n’est amusant que pour les anglophones et les anglicistes. Il y a certainement dans votre entourage quelqu’un qui sera en mesure de vous traduire le texte.

Images: Collection familiale Dany Trick

Un petit clic sur n’importe quelle image et ensuite par d’autres clics vous l’agrandissez à votre guise.

Publié dans Blog, Collection, Uncategorized | Un commentaire

A PROPOS DE L’ AULNE… POUR DEMAIN.

L’un de mes amis, marchand d’images et de vieux papiers, traîne ses caisses sur de nombreux trocs et puces de Bretagne, et ce depuis de nombreuses années. J’adore ce jeune homme au sourire éclatant et au sens de l’humour très développé. L’autre jour encore à Châteaulin, sur les rives de l’ Aulne, laquelle je vous le rappelle est, avec le Scorff, l’ Ellé et quelques autres, une des rivières bretonnes des plus renommées pour la pêche au saumon atlantique, il me rappelait que sur l’un des clochers de la ville le coq, traditionnellement perché et servant de girouette,  avait avantageusement été remplacé par un saumon. Vous savez qu’à l’ile de Groix c’est un thon qui rappelle la glorieuse histoire des marins pêcheurs de ce si beau caillou.

Bref, nous fîmes le tro-dro de Châteaulin et je suis en mesure de confirmer ce que me disait mon ami également marchand de vieux clichés au collodion humide. Ci-dessous c’est une photo que j’ai prise du clocher de Saint Idunet.

Un simple clic sur l’image et ensuite vous pouvez procéder par d’autres clics à son agrandissement.

Publié dans Blog, Cartes postales, Collection, Uncategorized | Laisser un commentaire