NUMISMATIMAGIE

Quesaco? Un néologisme que je viens de créer car je ne savais comment appeler cette vieille manie que j’ai depuis plus de cinquante années: je collectionne ou j’amasse plutôt des jetons de nécessité, des médailles et des pins, des épinglettes et des badges se rapportant ou ayant un rapport, parfois même lointain, avec la Magie. Il s’agit donc un peu de numismatique…
Peu de littérature en langue française existe dans ce domaine assez pointu, à part une importante étude traitant de ces jetons de nécessité de magiciens  par le célèbre numismate M. Elie, je ne connais rien d’autre. Par contre chez les Américains M. Kuethe Jr. a publié une étude sérieuse sur le sujet. Cet ouvrage est devenu assez difficile à trouver. Il faut vous méfier, sur la toile on vous vend parfois des »forgeries ». Dans les nombreux magazines de magie également en langue anglaise j’ai trouvé de nombreux articles. Enfin M. Findlay, le regretté et célèbre collectionneur de l’ Île de Wight, a également écrit sur le sujet.
Quant à Kuethe il a numéroté tous les jetons qu’il connaissait. Il portent les mentions MT1, MT2, MT3, etc.  MT signifiant Magic Token.
Je vous signale qu’il existe aux Etats-Unis une Magic Token Society, sorte de club de collectionneurs de ce genre d’objets, Society dont je fais d’ailleurs partie.

J’ai élargi un peu le domaine puisque j’ai trouvé également des jetons de ventriloques.

Mais à quoi donc servaient ces jetons? Les magiciens s’en servent principalement pour faire leur publicité mais chez Comte par exemple, comme nous allons le voir, ceux-ci servaient en quelque sorte de ticket d’entrée à son théâtre

Mais commençons par ces trois belles médailles en bronze que fait frapper l’ Association des Collectionneurs de Magie de la Nouvelle Angleterre (NEMCA) pour ses congrès. Elles  vous sont présentées dans de très beaux écrins capitonnés:

Celle-ci fut émise en mémoire du célèbre Professeur Anderson, Le Grand Magicien du Nord. Harry Houdini (Weicz) prétendit dans un ouvrage  que Robert Houdin plagiait ce dernier. 5,2 cm de diamètre sur 0,6 cm d’épaisseur.

Voici une deuxième, émise par la même association en novembre 2008: elle rend hommage à une firme connue des magiciens du monde entier car elle produisait des appareils de magie de très grande qualité devenus à ce jour des objets de collection. Petrie Lewis Manufacturing C° se situait à New Haven dans le Connecticut. Je feuillette encore leurs très beaux catalogues .

Elle mesure 5 cm de diamètre et 3,5 mm d’épaisseur.

La suivante est encore plus impressionnante, elle mesure 7mm d’épaisseur pour un diamètre  de 5cm. et vous est présentée dans un superbe écrin bleu nuit. Il n’en fut frappé que cent exemplaires. Il s’agissait de commémorer  la publication en 1584 du premier livre dans lequel l’on trouvait des explications techniques de tours de magie, le fameux Discoverie of Witchcraft  par Reginald Scot. J’ai eu le privilège d »examiner attentivement toutes les éditions de ce livre mythique.

Ces trois médailles sont à l’état « fleur de coin ».

En voici une autre qui nous vient, si je ne m’abuse,  d’ Italie:

Vous remarquerez que c’est le lapin qui sort le magicien du chapeau

Je conserve ces jetons dans des médaillers que vous trouvez chez tous les marchands de matériel pour philatélistes:

Ci-dessus un des jetons français des plus connus parce que Voisin était un marchand et fabricant de matériel de magie très célèbre sous le second empire. Ses catalogues sont très recherchés de nos jours et sa boutique, au N° 81-83, rue Vieille du Temple ouverte en 1834, était devenue le rendez-vous de tous les magiciens de l’époque. Il fournissait Robert Houdin par exemple.

C’est son petit fils Emile qui reprit le magasin et lui également fit frapper des jetons. Vous pourrez en voir quelques uns sur un plateau ci-dessous. Emile fut un éphémère directeur du Théâtre robert Houdin en 1887 et fut également le premier à diriger le Cabinet Fantastique du Musée Grévin. Ses jetons peuvent être considérés comme des variantes de ceux de son grand-père

Kenneth Klosterman

 

Kenneth Klosterman naquit à Long Beach dans le New Jersey en 1932. C’est un auteur prolifique  car on ne compte pas les ouvrages d’une trentaine de pages qu’il a consacré à la magie. Il possède une chaîne de boulangeries dans le Middle-West américain et a fait installer son musée de magie , l’un des plus importants du monde, dans un ancien puits de mine qui se trouve sur son immense ferme. avait fait installer son musée de magie dans un ancien puits de mine!

A gauche un jeton de Prague et à droite celui d’un autre célèbre marchand de trucs français, Dickmann-Minalono. Né en 1870 dans le département de l’ Allier Nicolas Joseph Minalono de son véritable nom est décédé en 1947. Avant de s’installer comme marchand d’appareils en 1928 il exerça le métier de peintre et graveur.  Soit dit en passant, les catalogues de Dickmann sont de nos jours assez recherchés.  Il y a une variante de ce dernier jeton, frappé dans le même métal,  car le Studio de Magie » changea de lieu à Paris, il passa de la rue de l’Eure à la rue Rambuteau.

 

A gauche un jeton du Révérend William V. RAUSCHER, magicien américain très connu et auteur de huit monographies à thème de magie en plus de trois livres très importants dans ce domaine dont une biographie de John Calvert. Le jeton de droite est également fort connu.

Et voici tout un plateau où vous en trouverez d’assez rares: en haut à droite 2 Houdini différents puis un Thurston et deux Mayette Magie Moderne.  Au deuxième rang en haut trois intéressants Lance Burton en argent massif; Puis différentes variantes des Mayette et un Georges Méliès.

Sur le plateau ci-dessous vous en remarquerez d’excessivement rares: This, Delion, un Nelson Down, Dick, autre marchand de trucs français et de nombreuses variantes du Comte.

Louis Christian appolinazire Emmanuel Comte Né en Suisse c’est à Bordeaux qu’il apprit la magie. Il présentait également un spectacle de ventriloquie. Louis XVIII lui décerna le titre de « Physicien du Roi » et Louis Philippe lui accorda la Légion d’Honneur. C’est aux alentours de 1814 qu’il ouvrit son Théâtre dans le Passage Choiseul à Paris. On prétend qu’il fut le premier magicien à sortir un lapin du chapeau.  Auteur de deux ouvrages importants de magie.

C’est son gendre Jacques Offenbach, qui prit sa succession et le Théâtre des Familles devint les Bouffes Parisiens.

Le plateau ci-dessus comporte lui aussi quelques pièces rares ou difficiles à se procurer pour le moins.

Ci-dessous: Provenance inconnue malgré de sérieuses et longues recherches…

Voici maintenant les Lance Burton en gros plans:

Harry Anderson, surtout connu dans les milieux magiques américains d’abord comme magicien de rue puis pour son numéro de mentalisme et d’évasion et surtout pour ses apparitions dans de nombreuses émissions de télévision et des films. Mike Caveney est son biographe : » Harry Anderson: Wise Guy ». 1993 167pp.

Ce jeton est d’une extrême rareté. Astley est très connu dans l’ histoire du cirque. Le hasard fait que j’ai pu m’en procurer plusieurs exemplaires.

Comme dit si bien l’inscription…

Beaucoup de « Houdini » qu’il n’est pas nécessaire de présenter plus longuement ici, c’est le magicien le plus connu au monde.

Il y en a même en bois !

Pour commémorer son centenaire le Magic Circle fit frapper de superbes  médailles à l’effigie de son premier président David DEVANT.

Deux rares  jetons français : Théâtre Anderson et Spectacle Manicardi. Je n’ai jamais vu ces jetons mentionnés quelque part…

 

Ci-dessus belle série de jetons de ventriloques. (Ai eu l’heureuse initiative de me procurer cette série en double exemplaire!)

Voici maintenant une très belle médaille en bronze de 6,8 cm de diamètre et de plus de 7 mm d’épaisseur. Elle est à l’effigie du célèbre Antoine GIRARD dit TABARIN, le bateleur de la place Dauphine ( 1584-1633).

Passons à d’autres choses, des badges, des pins et des épinglettes:

Ces temps derniers je me promène souyent en arborant le badge de droite et je me vois continuellement poser la question: « Pourquoi une étincelle de magie? » Je réponds:  » Quand j’étais jeune c’était un véritable feu d’artifice, il en reste une étincelle !! ». A gauche une médaille éditée pour le 57ème congrès du Cercle Anglais de la Confrérie Internationale des Magiciens (British Ring de l’ IBM) et au centre un ancien insigne de l’Association Française des Artistes Prestidigitateurs.

Des pins et épinglettes à foison:

Samedi dernier j’ai entendu Patrick Sébastien, dans son émission le Plus Grand cabaret du Monde, mentionner Monsieur Adam Meyer pour les services extraordinaires qu’il  a rendus au spectacle de variétés dans son music hall Alsacien.

 

 

 

 

Ils existent donc en toutes sortes de matières, principalement en différents métaux, bronze, laiton, aluminium, argent massif, argent massif plaqué or, nickel…, nous en trouvons même en bois ou en carton.

Bibliographie

Tout d’abord il me faut citer le célèbre numismate français M. Elie qui publia il y a déjà un certain nombre d’années une étude très intéressante sur le jetons de magie français. Il y passe en revue, entre autres, toutes les variantes du jeton de Comte.

J. FINDLAY, déjà cité dans cet article, l’un des plus importants collectionneurs de littérature magique ayant jamais existé, a beaucoup écrit sur ce sujet. De 1960 à 1962 il fit paraître dans le Magic Circular, le mensuel du Magic Circle à Londres, vingt-six articles bien illustrés  intitulés « Palming coins, Tokens & Medals ».

En 1964 il publie, tirage 150 exemplaires, une étude très importante intitulée:  » Conjuring Coins and Medals ». Illustrations en  n. & b. Il existe une réédition de ce livre chez Todd Karr, The Magic Factory.

En 1969 Jimmy Findlay publie à cent exemplaires  » Magic Coins of Czeckoslovakia ».

Robelly. Dans l’ Escamoteur daté de 1956 nous trouvons un court article traitant du jeton de Voisin.

Ed HEYL a lui aussi beaucoup écrit sur les jetons. Dans MUM, le mensuel auquel je suis encore abonné de nos jours puisque je suis membre de la Société des Magiciens Américains depuis plus de quarante cinq années, N°11 Vol. 50 d’avril 1961 se trouve un article intéressant  et dans le célèbre SPHINX Vol 27 N°2 d’avril 1948  il y a un article passionnant intitulé  » New Light on the Renaissance Master ».

Harry Price ne s’intéressait pas qu’aux presbytères hantés. Dans The Magazine of Magic, vol.9, N°3  il fait paraître en 1921 un article intitulé : « Un demi penny de ventriloque ».

Vous savez qu’il suffit de cliquer sur une image pour pouvoir l’agrandir à votre guise. C’est pas magique ça?

 

Article en cours de rédaction. Ceci n’est qu’une infime partie de ma collection.

À propos de Dany Trick

Bio: voir site www.geniimagazine.com dans Magipedia . Tapez Dany Trick. Vous y trouverez une courte bio en langue anglaise.
Cette entrée a été publiée dans Blog, Collection, Presse, Uncategorized. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>