Les Niouzes de Stank ar Veil

Matthew FIELD.

C’est avec  beaucoup de tristesse que je viens d’apprendre le décès de Matthiew Field en novembre dernier. Nous avions le même âge et il souffrait également comme moi de problèmes cardiaques sévères; je sais qu’il attendait avec impatience une prochaine intervention.

New Yorkais, né dans le Bronx, il avait d’autres passions aussi dévorantes que la magie, homme de grande culture il adorait la musique avec entre autres genres la musique classique.

Féru de l’histoire de notre art, lorsqu’il émigra et vint s’installer en Angleterre, il prit des responsabilités au sein du prestigieux Magic Circle à Londres et ce fut souvent là que j’eus l’occasion d’apprécier et de partager ses profondes connaissances; il y donnait souvent des conférences. De plus il avait pris la lourde charge qu’est l’édition du beau et excellent mensuel, The Magic Circular, l’organe du club.

Alors qu’il était aux USA il avait édité  plus de soixante-dix ouvrages de magie, comme il était généreux il avait aussi très souvent aidé d’autres éditeurs dans ce domaine.

Voici une des cartes de vœux qu’il m’adressait:

Repose en paix, mon ami.

∞∞∞∞∞

Je vous ai parlé ailleurs d’un ouvrage écrit en collaboration avec Mark Walker par Michael E. Rose. Sachant qu’une de mes passions était la collection de ces petites étiquettes, je suis atteint de collectionnite aiguë et chronique, ce dernier m’a fait énormément plaisir en me faisant parvenir quelques uns de ses ex libris magicis. Seuls les bibliophiles dans mon genre trouvent de l’intérêt dans ce genre de choses. Je crois que vous ne pouvez même pas imaginer la grande quantité de personnes qui s’intéressent au sujet dans le monde entier et le grand nombre de livres qui traitent de ce sujet.

Seuls quelques ex libris (bookplates) de personnalités très connues se négocient et c’est alors souvent à un prix relativement modique, sinon les collectionneurs procèdent à des échanges.

Il est vraiment dommage que George B. Alfredson, le célèbre érudit et collectionneur américain, décédât avant d’avoir pu compléter et publier le livre qu’il avait tant voulu voir naître. Il avait pourtant publié un petit ouvrage qu’il avait tiré à tout petit nombre et qu’il avait appelé  « checklist » où il répertoriait sa vaste collection. Dans un courrier que je conserve, nous avions souvent échangé de la correspondance, il disait  qu’il pouvait désormais se vanter et dire que son ouvrage était épuisé puisqu’il avait vendu les deux derniers exemplaires.

Depuis quelques années ça bouge dans ce domaine, mon ami Wittius Witt en Allemagne a publié un très joli livre sur le sujet et je sais, pour l’avoir un tout petit peu aidé, que depuis de nombreuses années Bernhard Schmitz travaille pour enfin publier un livre important. Seule la situation sanitaire actuelle en a retardé la publication.

J’ai pour ma part sur la planche un ouvrage plus généraliste, avec entre autres la longue histoire de ces p’tits bouts d’papier. Ils entrent pourtant eux aussi et ont leur place dans l’histoire plus générale du livre.

Quand mes amis magiciens m’en font parvenir quelques uns cela fait ma joie pour toute la semaine.

J’ai quatre-vingt cinq rosiers différents dans mon jardin et attends avec impatience la venue du printemps et de l’été.

I have got eighty-five different rose bushes in my garden and have been longing  for the coming of spring and summer.

 

§§§§§

Suis plus un accumulateur en ce qui concerne la magie qu’un  vrai collectionneur, un peu à l’instar du fantastique Jay Marshall à Chicago, rappelez-vous de Lefty lequel avait permis à ce grand monsieur de faire le tour du monde avec une paire de gants blancs et deux gros boutons noirs. John Fisher me rappelait encore il y a peu combien sa demeure  était remplie de livres de magie, il y en avait du sol au plafond dans toutes les pièces, empilés aux pieds des bibliothèques, cela allait même jusqu’à l’abri de jardin.  Grâce à son entreprise et à son amour des livres il avait pu côtoyer les plus grands magiciens et acquérir un savoir encyclopédique dans notre domaine. Pendant une semaine entière j’avais pu apprécier ce large savoir dont il n’était pas avare, ceci au cours du congrès international de magie organisé par la FISM (Fédération Internationale des Sociétés Magiques) à La Haye en 1988. Jay se levait très tôt et nos déjeunions à la même table à l’hôtel puis nous nous rendions tous les deux à pied vers le Palais des Congrès situé à  très bonne  distance. Le soir nous rentrions parfois à l’ hôtel de la même manière. Il semblait autant aimer la marche que moi…
Pourquoi cette longue digression? Suis atteint vous dis-je de collectionnite chronique. En voici une autre. J’accumule des timbres et non seulement des timbres mais aussi tous documents philatéliques à thème de magie et de ventriloquie. Cela va donc de ces vignettes aux  enveloppes-premier jour jusqu’aux timbres humides sur des enveloppes.

Voici mes deux dernières acquisitions:

Chaque année  se déroulait à Monaco un festival de magie extraordinaire, de  grands magiciens du monde étaient à l’ affiche. Malheureusement ne subsiste que le Festival du cirque. Mais comme la poste monégasque émettait des timbres et des enveloppes premier jour je me hâtais de les acquérir.

&&&&&

La vie extraordinaire de ce jeune émigré juif Erich Weiss m’a toujours impressionné, étonné et fait rêver. Ce fils de rabbin avec  toute sa famille arrivèrent  de Budapest sans le sou  pour s’installer à Appleton dans le Wisconsin, et Harry Houdini  allait devenir une vedette, on ne disait pas une star à cette époque, connue à l’échelle de la planète. Il gagna beaucoup d’argent, avait des relations fusionnelles avec sa mère, allant même jusqu’à lui offrir une robe destinée à l’origine à la reine Victoria. Pour mieux connaître l’histoire de la magie il acheta, au cours de ses pérégrinations dans le monde entier, des quantités de livres et de documents rares.

Certains disent qu’il n’était pas un très bon magicien et l’appelaient dédaigneusement « Harry Dime Museum« ; mais quel excellent communicant et publicitaire de talent dirait-on de nos jours !

On ne compte pas le nombre de livres consacrés à cette homme devenu un symbole et un héros aux USA. Il a lui-même écrit, ou fait écrire, de nombreux livres très intéressants, dont les éditions originales s’arrachent aujourd’hui à prix d’or, surtout si elles portent une dédicace. Il en va de même de la moindre de ses photographies.
Les citoyens américains sont des gens étonnants. Je viens de découvrir un site consacré entièrement à Houdini d’une richesse inconcevable.  Sur notre vieux continent il est difficile de comprendre comment un individu peut mettre gratuitement à la disposition de tout un chacun une telle documentation. Il a fallu à M. John Cox dépenser des fortunes pour accumuler tant de documents. Mais il y a aux USA et dans le monde entier de nombreux magiciens fans devHarry et ils apportent sans lésiner leurs contributions à son site. En notre vieux monde nos magiciens préfèrent encore trop souvent que ce vieil adage se vérifie: « Celui qui sait ne parle pas, parle celui qui ne sait pas grand chose ».

Je vous entends:  » Dany, vas-tu nous donner le lien? ».

Tapez vite : WILD ABOUT HARRY

Et n’oubliez pas d’aller remercier Monsieur JOHN COX.

♣♦♥♣♦♥

 

 

 


 

 

À propos de Dany Trick

Bio: voir site www.geniimagazine.com dans Magipedia . Tapez Dany Trick. Vous y trouverez une courte bio en langue anglaise.
Cette entrée a été publiée dans Blog, Collection, Uncategorized. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>